Le peuple algérien redit «Non, c’est non!» aux plans du régime

Par

Au cinquième vendredi de manifestation en Algérie, la mobilisation est toujours aussi exceptionnelle contre une prolongation du mandat du président Bouteflika et une transition menée par le régime tant décrié. Le pouvoir est de plus en plus affaibli.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un signe parmi d’autres d’un pouvoir qui prend l’eau. Vendredi 22 mars, le « 20 heures » de l’ENTV, la télévision nationale algérienne, courroie de transmission jusque-là docile du régime, a ouvert sur le peuple qui manifeste toujours aussi massivement à travers le pays et appelle à dégager le président Abdelaziz Bouteflika et « le système ». Sans tronquer le réel, elle a relayé les slogans qui accompagnent depuis désormais cinq semaines le « hirak chaabi » (« mouvement populaire »), tels que « FLN dégage ! », « 20 ans, ça suffit ». Il y a quelques semaines, quelques jours encore, c’était tout bonnement inimaginable.