En Tunisie, la société débat du droit de ne pas jeûner

Les ONG de défense des droits humains appellent à manifester, dimanche 27 mai à Tunis, pour le respect de la liberté de conscience inscrite dans la Constitution. Elles demandent l’annulation d’une circulaire de 1981 réglementant la fermeture des cafés et restaurants pendant le ramadan.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Pas sous la contrainte. » C’est sous ce slogan, raconte le quotidien La Croix, qu’un collectif d’associations tunisiennes appelle à manifester dimanche 27 mai à Tunis pour le respect de la liberté de conscience, le droit de ne pas jeûner en public et l’ouverture des cafés et restaurants pendant le mois de ramadan.