Militantes kurdes assassinées à Paris en 2013: l'enquête escamotée

La politique de confrontation anti-Kurdes menée en Turquie par le président Erdogan a été à l’origine d’un triple assassinat, à Paris, le 9 janvier 2013. Le meurtrier présumé sera jugé dans quelques mois, mais les commanditaires n’ont pas été identifiés. Contre-enquête sur une affaire soumise à la raison d’État.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Paris, 9 janvier 2013. Trois femmes sont abattues dans les bureaux du Centre d’information du Kurdistan au 147, rue La Fayette (Xe). Sakine Cansiz (54 ans), cofondatrice du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) en 1978, bénéficiait du statut de réfugié politique ; Leyla Saylemez (25 ans) venait de séjourner deux ans dans les zones de guérilla à la frontière turco-irakienne. La troisième, Fidan Dogan (29 ans), était connue des cénacles politiques français comme porte-parole de la résistance kurde. Le rapport médico-légal remis aux juges antiterroristes a réduit son histoire à une dizaine de lignes ainsi résumées : « L’autopsie concluait à une mort par plaies crânio-encéphaliques par projectiles d’armes à feu, avec cinq passages décelés, dont un frontal gauche et deux autres en pariétal postérieur droit… » Une synthèse clinique bien éloignée du souvenir que les militants s’évertuent à entretenir de Rojbin, son pseudonyme au sein du Congrès national du Kurdistan (KNK).

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal