Hongrie: siphonnée par Orbán, l’extrême droite du Jobbik vit son crépuscule

Par

Il y a dix ans, l’Europe découvrait les images des miliciens du Jobbik paradant au cœur de Budapest. Puis le parti d’extrême droite s’est fait couper l’herbe sous le pied par la trajectoire autoritaire de Viktor Orbán. Il s’avère aujourd’hui incapable d’enrayer la toute-puissance du premier ministre hongrois.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a quelque chose de pathétique à voir les représentants des différents partis de l’opposition, privés de médias publics, devoir se retrancher chez un youtubeur pour simuler un semblant de débat démocratique. Tout en sachant que le grand absent de la discussion, comme de tous les débats depuis qu’il gouverne, le Fidesz de Viktor Orbán, s’arrogera à lui seul plus de la moitié des 21 sièges hongrois dans le prochain Parlement européen. Il est important de voter pour celui qui est aujourd’hui le principal opposant au premier ministre hongrois, le Jobbik, essaie de convaincre son député Péter Jakab.