Contre le projet sécuritaire de Pékin, des Hongkongais bravent l’interdiction de manifester

Par Margot Clément

La terreur de passer sous le joug chinois est plus forte que la peur du coronavirus. Des milliers de manifestants sont descendus dimanche dans les rues de Hong Kong pour dénoncer un projet de loi sur la sécurité nationale en préparation à Pékin, qui menace la semi-autonomie du territoire à coups de mesures anti-«trahison » ou anti-«subversion ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Hong Kong (Chine), correspondance.–  C’est la première réponse de la rue au passage en force de Pékin, la première manifestation de taille depuis le début de la pandémie. Dimanche 24 mai, plusieurs milliers de manifestants, essentiellement des jeunes, ont bravé l’interdiction de se rassembler à plus de huit, imposée fin mars à cause du Covid-19. La terreur de passer sous le joug chinois a été plus forte que la peur du virus. Ils sont descendus dans la rue pour s’opposer à la loi relative à la sécurité nationale que Pékin veut imposer au territoire semi-autonome en court-circuitant les instances locales.