Quand l’Etat islamique recherche la taupe d’Alep

Par

Agents provocateurs en Syrie et enquêtes de moralité en Europe : les services secrets de l’État islamique ont recours, comme le révèle le deuxième volet de notre série, aux vieilles recettes du contre-espionnage pour déjouer les tentatives d’infiltration des services occidentaux. Un luxe de précautions qui ne met pas l’organisation à l’abri d’un agent double.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À 19 ans, Jejoen Bontinck envisage le djihad sur le mode du joli cœur. En Belgique, ce membre de l’association islamiste Sharia4Belgium apprend les sourates propres à réconforter les sœurs heurtées par l’hostilité d’une population qui, pensent-elles, les rejette à cause du port du voile. Ce métis aux lèvres charnues fait croire à au moins une d’entre elles qu’ils sont mariés selon les conventions de l’islam afin de coucher avec elle. Alors forcément, une fois en Syrie, la réalité de la guerre fait contraste. Au bout d’un mois dans un camp d’entraînement de ce qui n’est pas encore officiellement l’État islamique, Jejoen a le vague à l’âme, il entend retourner au plat pays.