Pékin se débarrasse de ses quartiers populaires

Par Elodie Goulesque

Pour limiter la population de la ville à 23 millions d’habitants, les constructions déclarées « illégales » sont rasées par dizaines. Pour la plupart originaires d’autres régions, leurs occupants sont le plus souvent contraints d’y retourner. Reportage à Zhongguancun, un quartier en voie de disparition.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pékin (Chine), de notre correspondante.-  Elle est là, collée sur un mur de tôle bleue, derrière un cintre sur lequel sèchent des chaussettes et des habits d’enfants. Cette affiche, postée au mois d’août, explique aux habitants du village de Zhongguancun, au nord-ouest de Pékin, qu’ils doivent partir avant le 20 septembre. À cette date, le gouvernement va « rétablir la sécurité en détruisant toutes les constructions illégales et de mauvaise qualité » du quartier. C’est la norme en ce moment à Pékin.