Au Liban, la société civile tente de se faire une place au Parlement

Par Virginie Le Borgne

Pour la première fois depuis neuf ans, des élections législatives sont organisées en mai. La nouvelle loi électorale laisse une plus grande marge de manœuvre aux candidats indépendants. Issus de la société civile, divers groupes de militants sont en campagne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Beyrouth (Liban), correspondance.– Avalant la route qui le mène au sud du Liban, Ribal Zwein soigne son argumentaire. Dans une heure, devant une poignée de curieux, il présentera Sabaa, un mouvement issu de la société civile, en lice pour les élections législatives du 6 mai. « À Nabatieh, les gens ont encore du mal à croire au changement car ils pensent que les deux partis chiites [Hezbollah et Amal – ndlr] contrôlent tout », explique le responsable de campagne.