Au Brésil, un gros fournisseur de Carrefour et Casino mêlé à la déforestation en Amazonie

Par Patricia Neves

Géant controversé de l’agro-industrie brésilienne, JBS fournit abondamment les rayons boucherie de Carrefour et Casino au Brésil. Malgré ses engagements, JBS continue de travailler avec des fermes impliquées dans la déforestation en Amazonie. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

État de Rondônia (Brésil), de notre envoyée spéciale.– Une petite ferme au milieu de la forêt amazonienne. Du linge sèche aux fenêtres de cette ferme d’un couple modeste. L’homme travaille dans les champs, la femme au foyer. C’est l’épouse qui reçoit. Après avoir cultivé du café, du maïs et des haricots, son mari, M. Lemes*, a décidé de se lancer dans l’élevage bovin avec son frère, éleveur lui aussi, installé à quelques mètres de là. Elle dit qu’elle n’y connaît rien mais que « si ça continue comme ça, l’arroba de bœuf [unité de mesure équivalente à 15 kg – ndlr] finira par atteindre 200 reais ! [35 euros – ndlr] ». Un record. Lorsqu’ils ont vendu une partie de leurs bêtes cet automne – plus de 200 têtes de près de 500 kg chacune –, l’arroba s’élevait déjà à 150 reais [26 euros – ndlr]. Tout juste de quoi payer les dettes.