Contre la violence au Honduras, la guerre sans armes d'une femme meurtrie

Par et Andros Lozano

Dans ce pays le plus violent au monde (où s'est tenue l'élection présidentielle ce 24 novembre), une femme mène une « révolution pacifique » contre l'impunité dans cet État gouverné par les narcos et la corruption. Sociologue et universitaire, Julieta Castellanos sait de quoi elle parle : son fils a été assassiné par des policiers.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La nuit avant la mort, avant de s'endormir, Julieta Castellanos et son fils Alejandro ont passé un long moment sur un lit à se faire des confidences et des câlins. Seule la douce lumière des lampadaires de la rue dessinait les corps qui se disaient au revoir sans le savoir.