A Samoa, une transition politique peu pacifique

Par

Dans cet archipel du Pacifique Sud, deux premiers ministres se disputent le pouvoir. Le sortant, présent depuis plus de 20 ans, conteste l’élection de son ancienne alliée désormais rivale, la féministe et écologiste Fiame Naomi Mata’afa. Le tout sur fond de présence croissante de la Chine dans la région.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis lundi 24 mai, la première ministre élue de Samoa et première femme à ce poste, Fiame Naomi Mata’afa, 64 ans, exerce ses fonctions à distance. Non pas en raison de la pandémie de Covid-19, mais parce que son prédécesseur, Tuilaepa Aiono Sailele Malielegaoi, 76 ans, en poste depuis 23 ans et figure importante de la scène politique régionale, refuse de lâcher les rênes du pouvoir dans ce petit État du Pacifique de moins de 200 000 habitants, indépendant depuis 1962 après avoir été colonisé par les Allemands puis par les Néo-Zélandais.