Dans la banlieue de Manchester, des réseaux de solidarité tentent de parer à la baisse des aides sociales

Par

Plus de 1,5 million de Britanniques ont vécu dans la grande pauvreté en 2017, selon un rapport publié début juin par le Joseph Rowntree Foundation. Cet institut craint que ce nombre n’augmente encore à cause de l’introduction du « crédit universel », une mesure qui fusionne six aides sociales. Reportage dans la banlieue de Manchester, où le « crédit universel » a été introduit dès 2013.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Manchester (Royaume-Uni), de notre envoyée spéciale.-  Depuis quatre ans, Charlotte Hughes tient une permanence hebdomadaire devant l’agence pour l’emploi d’Ashton-under-Lyne, en banlieue de Manchester. Tous les jeudis, de 10 heures à midi, cette journaliste indépendante se poste devant l’entrée du Job Centre Plus, une liasse de prospectus à la main. Aux personnes convoquées pour un entretien, Charlotte tend un exemplaire du « guide de survie », une feuille A4 pliée en deux qui explique comment ne pas se faire broyer par la « machine compliquée et hostile du gouvernement ».