En Europe centrale, l’élection d’une nouvelle génération de maires contredit les dynamiques autoritaires nationales

Par

Trois élections récentes, en Pologne, en République tchèque et en Slovaquie, ont montré des divergences territoriales profondes entre les électeurs. Les grandes villes ont élu des figures nouvelles et des maires issus de l’opposition, tandis que les petites villes et la campagne restent attachées à la majorité gouvernementale de leur pays.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il a 37 ans et n’avait exercé aucun mandat politique auparavant. Depuis un mois, il est à la tête d’une capitale de 1,3 million d’habitants. Le Tchèque Zdeněk Hřib, un expert en assurance membre du parti « Pirates », a été désigné maire de Prague le 15 novembre dernier à l’issue d’élections municipales où le parti qui gouverne le pays, ANO (« Action des citoyens mécontents », à l’origine formation de centre-droit), a perdu la capitale.