A Tunis, avec la famille de Yoav Hattab, mort dans les attentats de Paris

Le jeune Tunisien a été tué dans l'Hyper Cacher le 9 janvier à Paris. En Tunisie, la situation des juifs demeure contradictoire, entre coexistence millénaire, sentiment fort d’attachement à leur pays de naissance et craintes que ne prolifèrent les agressions antisémites. De notre envoyé spécial.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Tunis, de notre envoyé spécial -. C’est un petit bar à chicha à La Goulette, près de la mer, en banlieue de Tunis. Avishay Hattab aime y siroter son thé aux amandes, face à la télévision. Ce samedi soir, la nuit vient de tomber et le salon est vide. Lentement, le jeune homme sort son téléphone, nous le montre : « Regardez, j’ai envoyé des messages à Yoav sur Whatsapp, le vendredi 9 à 14 heures (jour de la prise d’otages de l’Hyper Cacher à Paris – ndlr), “Yoav, tu es où ? Réponds” ; et un autre message : “Alors ? Réponds. Ne me fais pas peur, s’il te plaît.” Depuis sa mort, je lui envoie de temps en temps des messages, pour le sentir, pour sentir qu’il est là. Ce n’est pas facile. »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal