Covid-19: la Grèce tient le choc mais l’état du pays inquiète

Par

Si les effets de l’épidémie du virus sont pour l’heure très limités dans le pays (134 morts), les autorités sanitaires restent prudentes en raison de la fragilité du système de soins, dont elles doutent de la capacité à absorber une hausse des cas de contamination. Le gouvernement doit aussi se préparer à la deuxième crise, économique cette fois, qui attend le pays.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il est 18 heures, samedi 25 avril. L’infectiologue Sotiris Tsiodras apparaît, visage grave et costume sombre, à la télévision grecque. Derrière ses lunettes fines, son regard baissé évite la caméra. La Grèce compte 16 nouvelles contaminations de Covid-19, 2 506 cas au total, aucun nouveau décès, annonce d’une voix neutre le représentant du ministère de la santé. Le virus a tué au total 130 personnes « dont (...) 81 % ayant plus de 70 ans » en Grèce. Derrière leurs écrans, ils sont des millions à suivre le point quotidien sur la pandémie mondiale de ce scientifique discret devenu populaire. Excellente carrière internationale, orthodoxe pratiquant et père de sept enfants : « M. Tsiodras a un profil qui plaît à une grande partie de l’opinion publique. C’était le candidat idéal pour la communication de cette crise sanitaire », souligne Filippa Chatzistavrou, chercheuse en sciences politiques à l’université d’Athènes.