Et si l'Espagne de 2011 était l'Argentine de 2001?

Par

Les racines du mouvement social espagnol sont-elles à chercher, non pas du côté du monde arabe, mais dans les révolutions latino-américaines? Un activiste argentin qui a vécu les deux mobilisations se risque à la comparaison.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Argentine, décembre 2001. Le pays est au bord de la faillite, ravagé par vingt ans d'une politique néolibérale sans nuances. La dette explose. L'arrimage du peso au dollar interdit toute dévaluation. La décision du ministre de l'économie d'alors, de limiter les sorties sur les comptes bancaires des Argentins, accentue la panique. Depuis la mi-décembre, dans la banlieue de Buenos Aires, des «sacages» d'épiceries de quartier et de supermarchés se multiplient. Le 19 au soir, dans un discours télévisé, le président met en place l'état de siège, et propose la formation d'un gouvernement d'unité.