Un Parlement européen éclaté

Par

Pour la première fois, la famille de droite (PPE) et les sociaux-démocrates sont en net recul et ne disposeront pas d’une majorité de coalition. Les partis libéraux et les écologistes connaissent une progression inédite. En France, en Italie, en Pologne et en Hongrie, les droites extrêmes sont en tête.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est du jamais vu depuis 1979, année de la première élection au suffrage universel du Parlement européen. Selon des résultats quasi définitifs, le Parti populaire européen (PPE – 179 sièges), qui rassemble les formations de droite du continent, et la famille des sociaux-démocrates (S&D – 150 sièges), ne sont pas en mesure d’avoir la majorité absolue (376 sièges) au Parlement. Les scores additionnés de l’un et de l’autre (329) sont très au-dessous de la moitié des 751 sièges d’eurodéputés. La coalition qui permettait traditionnellement à ces deux formations de gouverner ensemble le Parlement ne pourra pas être reconduite.