Brexit: Les Communes se prononcent sur 7 amendements

Par
A deux mois exactement de la date prévue pour le Brexit, les Européens ont de nouveau les yeux rivés, ce mardi, sur la Chambre des communes, où les députés britanniques se prononcent dans la soirée sur sept amendements au projet de retrait négocié par Theresa May qu'ils ont rejeté le 15 janvier dernier par 432 voix contre 202.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

LONDRES (Reuters) - A deux mois exactement de la date prévue pour le Brexit, les Européens ont de nouveau les yeux rivés, ce mardi, sur la Chambre des communes, où les députés britanniques se prononcent dans la soirée sur sept amendements au projet de retrait négocié par Theresa May qu'ils ont rejeté le 15 janvier dernier par 432 voix contre 202.

Le président de la Chambre des Communes, John Bercow, a spécifié quels amendements il retenait pour être débattus pendant cinq heures cette après-midi puis soumis au vote des députés.

Les votes auront lieu un par un à partir de 19h00 GMT.

Les développements de la journée EN DIRECT:

20:41 - Les députés britanniques rejettent par 321 voix contre 301 un amendement visant à accorder davantage de pouvoir au parlement dans la recherche d'alternatives à l'accord que Theresa May a négocié avec l'Union européenne. C'est une victoire pour la Première ministre, selon laquelle il s'agirait d'une "usurpation" du rôle de l'exécutif.

20:27 - Un amendement du Parti national écossais demandant au gouvernement de reporter la date du Brexit au 29 mars et d'exclure une sortie de l'UE sans accord est rejeté 327 voix contre 39 à la Chambre des Communes.

20:16 - Les députés britanniques rejettent par 327 voix contre 296 un amendement invitant le Parlement à envisager d'autres options pour empêcher une sortie de l'Union européenne sans accord. La Première ministre Theresa May était hostile à ce texte présenté par le parti travailliste.

20:14 - Le Premier ministre irlandais Léo Varadkar annone avoir averti la Commission européenne qu'il demandera une aide d'urgence en cas de Brexit sans accord.

19:10 - Le président français, Emmanuel Macron, a déclaré lors d'un sommet à Chypre que "l’accord de retrait qui a été négocié entre le Royaume-Uni et l’Union européenne est le meilleur accord possible et n’est pas renégociable".

"A la suite du vote qui a lieu en ce moment à la Chambre des communes à Londres, je souhaite que le gouvernement britannique puisse rapidement présenter à notre négociateur, Michel Barnier, les prochaines étapes qui permettront d’éviter une sortie sans accord, que personne ne souhaite mais à laquelle nous devons tous malgré tout nous préparer", a-t-il ajouté.

18:15 - Un responsable de l'Union européenne déclare que l'UE n'acceptera pas l'amendement Brady, s'il est voté dans la soirée par la Chambre des Communes.

Cet amendement demande que le "backstop" nord-irlandais soit remplacé par des mécanismes alternatifs et indique que le parlement britannique votera en faveur d'un accord si l'UE obtient cette modification.

16:07 - L'Union européenne ne rouvrira pas l'accord de Brexit négocié avec le gouvernement britannique, a réaffirmé un diplomate européen en réponse à la volonté manifestée par Theresa May de modifier le texte de manière significative.

"Tout dépend de que l'on entend par 'rouvrir'. S'il s'agit de fournir de nouvelles déclarations ou de nouvelles assurances, nous y sommes prêts. Si elle (Theresa May) souhaite vraiment tout rouvrir, alors la réponse est 'non'," a déclaré ce diplomate, qui est impliqué dans les négociations sur le Brexit.

Theresa May soutient un amendement présenté par l'élu conservateur Graham Brady, qui appelle au remplacement du 'backstop' par des "mécanismes alternatifs".

"Ces 'mécanismes alternatifs' sont mentionnés non seulement dans l'Accord de retrait mais aussi dans la déclaration sur les relations futures entre Londres et l'UE, que nous avons dit que nous pouvions modifier", a souligné le diplomate européen.

16:05 - A Washington, lors d'une audition devant la commission sénatoriale du Renseignement consacrée aux "menaces mondiales", le directeur du renseignement national des Etats-Unis, Dan Coats, a estimé qu'un retrait britannique sans accord provoquerait des "troubles économiques susceptibles d'affaiblir de manière significative le Royaume-Uni et l'Europe".

15:45 - Le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn se dit certain que le gouvernement sera contraint de reporter le Brexit. "Quel que soit le résultat des votes qui vont suivre, il est devenu désormais inévitable que le gouvernement étende l'article 50, dans n'importe quel cas de figure", dit-il devant les Communes. Corbyn ajoute que le Parti travailliste de soutiendra un report de trois mois du Brexit si le gouvernement ne parvient pas à conclure un accord de divorce avant la fin février.

15:41 - Le ministre allemand de l'Economie Peter Altmaier alerte une nouvelle fois sur les dangers d'une sortie sans accord de l'UE. "Un #Brexit sans accord nuirait à tant de braves gens, de travailleurs et de familles. Une grande majorité d'entre vous y était farouchement opposée. Ne le laissez pas se produire par accident", a-t-il écrit sur Twitter.

15:37 - Nigel Dodds, vice-président du Parti unioniste démocratique (DUP) nord-irlandais, salue la volonté de Theresa May d'insister pour renégocier avec Bruxelles l'accord de divorce. "Elle peut être assurée de notre soutien pour trouver une solution permettant d'éviter le rétablissement d'une frontière dure sur l'île d'Irlande, mais aussi l'instauration de frontières au sein du Royaume-Uni", a-t-il déclaré.

15:24 - Theresa May promet de chercher à renégocier l'accord de Brexit qu'elle a conclu avec la Commission européenne dans le but d'obtenir des changements "significatifs". Bruxelles a toujours exclu jusqu'à présent de renégocier l'accord validé par les Vingt-Sept en novembre dernier.

"Ce dont je parle, ce n'est pas d'un nouvel échange de lettres mais d'un changement significatif et légalement contraignant", a déclaré la Première ministre aux parlementaires. "Négocier un tel changement ne sera pas facile. Cela impliquera la réouverture de l'accord de retrait, une mesure pour laquelle nos partenaires européens ne manifestent qu'un appétit limité."

15:20 - La livre sterling efface ses pertes mardi et se raffermit face à l'euro et au dollar après l'annonce par John Bercow des amendements sélectionnés pour être soumis au vote, parmi lesquels deux qui, de fait, empêcheraient un Brexit sans accord. La livre atteint un plus haut de séance à 86,560 pence pour un euro, et face au dollar, elle s'échangeait à 1,32

15:15 - Montrez à l'UE quel accord sur le Brexit vous voulez, suggère Theresa May aux députés des Communes.

"Aujourd'hui, vous avez l'opportunité de montrer à l'Union européenne ce qu'il faut pour qu'un accord soit accepté par la Chambre des Communes, ce qu'il faut pour sortir de la confusion et de la division, mais aussi de l'incertitude qui plane sur nous", a-t-elle dit.

"Je comprends aussi que la Chambre ne veut pas de l'accord que j'ai soumis, dans sa forme actuelle. Le vote [NDLR: le rejet de l'accord le 15 janvier] a été décisif et j'ai reçu le message. Aussi le monde sait-il ce que le parlement ne veut pas. Aujourd'hui, nous devons adresser un message solennel indiquant ce que nous voulons".

---

14:55 - La Première ministre Theresa May intervient devant les députés avant la tenue des débats. Elle déclare notamment que le parlement ne veut pas d'un Brexit sans accord et qu'elle ne voit pas de majorité en faveur de la tenue d'un deuxième référendum.

"Je veux retourner à Bruxelles avec le mandat le plus clair possible", dit-elle aux députés.

---

14:50 - John Bercow sélectionne sept amendements qui vont être soumis au débat puis votés dans la soirée.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale