Un journaliste condamné à trois ans de prison au Maroc

Par
Un journaliste qui couvrait la contestation sociale qui a enflammé l'année dernière la région marocaine du Rif a été condamné jeudi à une peine de trois ans de prison, a-t-on appris auprès de son avocate, qui est également sa soeur.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

RABAT (Reuters) - Un journaliste qui couvrait la contestation sociale qui a enflammé l'année dernière la région marocaine du Rif a été condamné jeudi à une peine de trois ans de prison, a-t-on appris auprès de son avocate, qui est également sa soeur.

Arrêté en juillet 2017 à Al Hoceïma, Hamid El Mahdaoui était accusé de ne pas avoir dénoncé un crime commis contre la sécurité d'Etat après avoir eu un contact téléphonique avec un ressortissant marocain basé à l'étranger qui lui avait fait part de son intention d'introduire des armes au Maroc.

Son avocate Nadia El Mahdaoui a déploré auprès de Reuters une condamnation qu'elle a qualifiée de "cruelle" et dit espérer sa relaxe en appel.

La décision a été rendue par la même juridiction que celle qui a condamné jeudi Nasser Zefzafi, le chef de file du mouvement de contestation.

Le Hirak al Chaabi (mouvement de contestation populaire) du Rif, dans le nord du pays, a commencé en octobre 2016 après la mort de Mouhcine Fikri, un vendeur de poisson qui a péri broyé dans une benne à ordures où il tentait de récupérer sa marchandise confisquée et jetée par la police.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale