Le Caucase s’embrase

Par

Bakou et Erevan s’affrontent à nouveau pour le Nagorno-Karabagh, une province d’Azerbaïdjan très majoritairement peuplée d’Arméniens. L’absence de perspectives de négociations pourrait avoir poussé l’Azerbaïdjan à passer à l’offensive. Avec le soutien de la Turquie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est déjà ce qu’un expert du Caucase appelle « une petite guerre » et non plus une succession d’escarmouches entre l’armée de l’Azerbaïdjan et celle de l’Arménie, comme il s’en produit très régulièrement depuis la dernière grande escalade militaire en date, dite « la guerre des quatre jours », en avril 2016. De la demi-douzaine de conflits territoriaux qui sont nés de l’éclatement de l’URSS, celui du Nagorno-Karabagh, plus connu sous le nom de Haut-Karabagh, est en effet celui qui a le plus fort potentiel explosif.