Élection américaine, enjeu mondial (8/8): pour le Kremlin, un moindre mal nommé Obama

Par
Traditionnellement, le Kremlin vote républicain: ainsi les choses sont-elles claires et prévisibles. Cette fois pourtant, la violence des déclarations de John McCain inquiète sérieusement Moscou. Hors un petit clan qui s'accommoderait d'une confrontation directe avec Washington, les dirigeants russes regardent vers Barack Obama. Avec une méfiance redoublée et la conviction que les années à venir seront celles d'une dégradation profonde des relations entre les deux pays.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les dirigeants de la Russie observent avec une extrême méfiance l'élection américaine. Ils ne sont sûrs que d'une chose: les années à venir seront celles d'une profonde dégradation des relations entre les Etats-Unis et la fédération de Russie. Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev l'assument d'ailleurs volontiers. L'entretien d'une fièvre nationaliste en Russie, la mobilisation de l'opinion autour du pouvoir et de quelques grands thèmes – le retour au statut de grande puissance, par exemple – nécessitent des conflits, des bras de fer... et des ennemis !