Le brief Ukraine du 30 mars : discussions de paix interrompues, pas de désescalade sur le terrain

Au 35e jour de guerre, les discussions ouvertes à Istanbul ne se sont pas poursuivies. La promesse de désescalade militaire ne s’observe pas sur le terrain. À Marioupol, un centre de la Croix-Rouge a été visé par un bombardement.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  • Les faits du jour

- Au 35e jour de la guerre en Ukraine, les discussions ouvertes mardi à Istanbul sous l’égide des autorités turques et censées durer deux jours se sont interrompues. D’après l’agence russe Tass, Vladimir Medinski, conseiller de Vladimir Poutine à la tête de la délégation, avait indiqué mardi que Moscou procédait à deux étapes de « désescalade ». L’une étant la proposition d’organiser une rencontre entre les présidents russe et ukrainien pour parapher un traité de paix avec leurs ministères des affaires étrangères respectifs ; l’autre étant de réduire drastiquement les activités des troupes russes autour de la capitale Kyiv (Kiev en russe) et de Tchernihiv, ville située non loin de la frontière avec le Béralus.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal