L'Union européenne monte d'un cran face à la Russie

Par

L'UE est passée ce mardi 29 juillet à la « phase 3 » des sanctions visant la Russie : cibler des secteurs particuliers de l'économie russe. Les ventes d'armes, notamment, sont bloquées, mais la décision des Vingt-Huit n'est pas rétroactive : la livraison du Mistral français est maintenue.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après avoir allongé la semaine dernière la liste des personnes et des entreprises russes visées par un gel des avoirs et une interdiction de séjour sur le sol européen (87 personnes et 20 entreprises au total depuis jeudi 24 juillet), les Vingt-Huit sont passées au niveau supérieur ce mardi : elles ont ouvert la « phase 3 » des sanctions, celle censées avoir un impact macroéconomique sur la Russie. C'était l'étape ultime dans cette stratégie graduée de sanctions mise au point au début de l'occupation de la Crimée, mais sur laquelle les diplomaties européennes étaient restées jusqu'à présent divisées, car défendant des intérêts divergents.