Egypte : le pouvoir muselle l’opposition en invoquant Nasser

Par Claire Talon

À la veille du procès du président déchu Mohamed Morsi, annoncé pour le 8 janvier, et du référendum constitutionnel prévu les 14 et 15 janvier, trois attentats ont eu lieu en une semaine, et la répression du pouvoir militaire s’abat sur les islamistes comme sur les figures de la révolution de janvier 2011. Le tout en faisant appel aux mânes de Gamal Abdel Nasser.  

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Caire, correspondance