Enfants et nourrissons meurent de froid dans un camp de réfugiés syriens

Par
Le froid a tué au moins 29 enfants et nourrissons ces huit dernières semaines dans un camp de réfugiés du nord-est de la Syrie, a-t-on appris jeudi auprès de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

GENEVE (Reuters) - Le froid a tué au moins 29 enfants et nourrissons ces huit dernières semaines dans un camp de réfugiés du nord-est de la Syrie, a-t-on appris jeudi auprès de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Le camp d'Al Hol abrite, entre autres, près de 23.000 déplacés qui ont fui les combats qui opposent les djihadistes de l'Etat islamique aux miliciens arabo-kurdes des Forces démocratiques syriennes (FDS) dans la région de Daïr az-Zour, dans l'Est syrien.

"La situation au camp d'Al Hol est déchirante. Les enfants meurent d'hypothermie", a déclaré Elizabeth Hoff, déléguée de l'OMS en Syrie.

Pour les Nations unies, qui réclament de pouvoir accéder sans entrave au site, la situation est devenue "critique" pour la population du camp, majoritairement composée de femmes et d'enfants désormais confrontés à de rudes conditions hivernales.

Parmi ces déplacés, beaucoup ont marché des jours durant ou sont arrivés à bord de camions non bâchés, malnutris et épuisés, après "des années de privations", dit le communiqué.

"Des milliers de nouveaux arrivants ont dû passer plusieurs nuits dehors dans l'aire de réception et de contrôle, sans tente, couverture ou chauffage", déplore encore l'OMS.

"L'accès au camp et aux routes alentours est entravé par des obstacles bureaucratiques et des contraintes liées à la sécurité", regrette enfin l'OMS qui appelle toutes les parties impliquées à lui accorder un accès libéré de toute contrainte.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale