Nucléaire: Echec des discussions américano-russes sur le traité FNI

Par
La Russie et les Etats-Unis n'ont pas réussi à rapprocher leurs positions sur le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) lors de discussions de la dernière chance à Pékin, a annoncé jeudi le vice-ministre russe des Affaires étrangères, cité par les agences russes.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

MOSCOU (Reuters) - La Russie et les Etats-Unis n'ont pas réussi à rapprocher leurs positions sur le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) lors de discussions de la dernière chance à Pékin, a annoncé jeudi le vice-ministre russe des Affaires étrangères, cité par les agences russes.

Cet échec des négociations ouvre la porte à une sortie du traité dès ce samedi, comme le président Donald Trump en a exprimé l'intention.

Washington exigeait de Moscou l'élimination d'un nouveau type de missile à portée intermédiaire, le Novator 9M729, accusé de violer le Traité FNI - ce que la Russie conteste.

"Malheureusement, nous n'avons enregistré aucun progrès", a déclaré le vice-ministre russe Sergueï Riabkov, selon des propos rapportés par l'agence Ria.

"De ce que nous comprenons, nous allons entrer dans la deuxième phase, celle où les Etats-Unis vont se soustraire à leurs obligations dans le cadre du Traité FNI, ce qui va de toute évidence se produire ce week-end", a-t-il ajouté.

Sergueï Riabkov s'est entretenu avec la sous-secrétaire d'Etat américaine pour le contrôle des armes et la sécurité internationale, Andrea Thompson, en marge d'une réunion des cinq grandes puissances nucléaires à Pékin.

Le Traité FNI a été signé en 1987 par le président américain Ronald Reagan et le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev. Il visait à l'élimination de tous les missiles de croisière et missiles balistiques américains et soviétiques lancés depuis le sol et ayant une portée se situant entre 500 et 5 500 km.

Sa remise en cause inquiète particulièrement les Européens, dont les pays sont à portée de tels missiles.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale