Court-métrage: «Les villageois»

Par Le festival Ciné-Palestine & Mediapart

En partenariat avec le festival Ciné-Palestine (du 2 au 11 juin), Mediapart vous propose une série de courts-métrages palestiniens. Aujourd'hui, Les Villageois de Nidal Badarneh, une fiction de 10 min 48 où « rien ne doit être logique ».

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Deux histoires de cinéma. Deux histoires inachevées et qui s'entrecroisent. Seul reste un mur gris, géant, absurde.

Court métrage "Qouraweyon (the villages)" — Festival Ciné-Palestine & Mediapart
Le réalisateur : Nidal Badarneh est né dans le village d'Arraba, Galilée, en Israël (région de Palestine occupée en 1948 telle que la définit le réalisateur). Il a étudié le théâtre et le cinéma, et a produit et joué dans de multiples comédies. Il a également dirigé des courts-métrages tels que Villagers, Penalty et son premier film documentaire, Le 30 mars.
 Nidal Badarneh a récemment fondé une société de production palestinienne indépendante : Al Manshar pour l'art et la production.

Le festival Ciné-Palestine se déroule du 2 au 11 juin 2017 dans des cinémas partenaires à Paris, Saint-Denis et Aubervilliers. Plus d’une vingtaine de films sont programmés. Cette 3e édition coïncide avec l'anniversaire des 50 ans de la guerre des Six-Jours et l’annexion par Israël de territoires occupés par les Palestiniens. Le festival propose cette année un focus « Regards croisés sur 1967 » ainsi qu’une rétrospective sur Mohammad Bakri. En ouverture, ce 2 juin, est programmé le film Ghost Hunting de Raed Andoni, prix du meilleur documentaire au Festival international du film de Berlin 2017. Enfin, pour la première fois, Ciné-Palestine, suivant son objectif premier de soutien au cinéma palestinien, accueille un concours de courts-métrages destiné aux jeunes réalisateur-rice-s, auquel s’associe Mediapart.
Tout le programme du festival Ciné-Palestine est ici. 

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous