«La mémoire est-elle soluble dans l’eau?»: l’horreur de l’Holocauste dans un décor de cure thermale

Par Tënk & Mediapart

Rescapée des camps nazis et du génocide des Juifs, Solange se rend tous les deux ans en cure thermale à Évian. Un soin payé par l’Allemagne en guise de « réparation ». Son fils, Charles Najman, filme ses retrouvailles avec ses trois amies, anciennes déportées comme elle. Dans ce décor luxueux, les rires et l’effroi.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Nous sommes au cœur de l’été 1995. Solange, née le 22 septembre 1921 à Lodz, en Pologne, et déportée à Auschwitz à l'âge de 20 ans, passe deux semaines à Évian avec trois amies, anciennes déportées comme elle. Tous frais payés par l’État allemand. Les douches, les souvenirs, les chansons du monde d’avant l’Holocauste, tout pourrait contribuer à raviver la douleur. Mais Solange est exubérante et trouve aussi dans ce décor du XIXe siècle une scène à sa mesure.

Entre l’horreur du passé et l’incroyable bonheur d’être encore là, comment vivre après Auschwitz ? Le film de Charles Najman joue justement de ces ambivalences, jusqu’à glisser parmi ces rescapées un acteur, Jean-Chrétien Sibertin-Blanc, campé dans un personnage de jeune homme dépressif qui vient ici chercher un peu de vie.

Désolé, les droits de diffusion de ce documentaire
sur Mediapart ont expiré.

La mémoire est-elle soluble dans l’eau ?. France. 1996. 95 minutes // Auteur-réalisateur : Charles Najman // Images : Pierre Novion, Mathieu Czernichow, Thierry Faure // Son : François de Morant // Montage : Lise Beaulieu, Béatrice Maleville, Sébastien Bidet // Production-diffusion : SEM - Société d'Édition Multimédia

À voir aussi, en ce moment sur Tënk
- Karaoké domestique, de Inès Rabadan. Une variation autour du travail domestique
- Primary, de Donn Alan Pennebaker, Richard Leacock, Robert Drew. Chronique de campagne de John Kennedy
- Poétique du cerveau, de Nurith Aviv. Quand des récits biographiques tissent des liens avec le biologique.

logo-noir-2
Tënk est un site de vidéos sur abonnement (6 euros par mois, 60 euros par an) lancé à l’été 2016 et qui propose 10 nouveaux documentaires par semaine, organisés par plages thématiques : écologie, politique, arts, grands entretiens, festivals, coups de cœur, films d’écoles, docs monde… Plus de détails avec l’interview d’un de ses initiateurs, Jean-Marie Barbe.

 

Déjà diffusés sur Mediapart dans le cadre de ce partenariat :
Boxing Libreville, d'Amédée Pacôme Nkoulou (toujours visible sur Mediapart)
Au bord du vide, de Jean-Claude Cottet-Dumoulin 
L’Architecte de Saint-Gaudens, de Serge Bozon et Julie Desprairies
Our Terrible Country, de Ziad Homsi et Mohammad Ali Atassi
Territoire de la liberté, d’Alexander Kusnetsov
Le sous-bois des insensés (un entretien avec Jean Oury), de Martine Deyre
The Murder of Fred Hampton, de Howard Alk et Mike Gray
Georges de La Tour, d’Alain Cavalier
Ô mon corps, de Laurent Aït Benalla
J
asmine, d’Alain Ughetto
Le Rêve de Nikolay, de Maria Karaguiozova
Que reste-t-il
, de Ludivine Henry
Onze footballeurs en or, de Jean-Christophe Rosé
Place à la révolution
, de Parfait Kaboré
Le Champ des visions, de Boris Van der Avoort
Calabria
, de Pierre-François Sauter
Miss Rain, de Charlie Petersmann
La Capture
, de Geoffrey Lachassagne
D’amore si vive, de Silvano Agosti
Eugène Gabana, le pétrolier, de Jeanne Delafosse & Camille Plagnet
Don Pauvros de la Manche, de Guy Girard
L’Arbre sans fruit, dAïcha Macky
Une fenêtre ouverte, de Khady Sylla
La Pépinière du désert
, de Laurent Chevallier
Palazzo delle Aquile, de Stefano Savona, Alessia Porto & Ester Sparatore
Chili, la mémoire obstinée, de Patricio Guzmán
Le Libraire de Belfast, dAlessandra Celesia
L’Hypothèse du Mokélé-Mbembé, de Marie Voignier
Samir dans la poussière, de Mohamed Ouzine
Anaïs s’en va-t-en guerre, de Marion Gervais
La Vie après la mort d’Henrietta Lacks, de Mathias Théry
Mafrouza, 1re partie, d’Emmanuelle Demoris
Le COD et le coquelicot, de Jeanne Paturle & Cécile Rousset
Movement (R)evolution Africa, de Joan Frosch & Alla Kovgan
Mare Magnum, d’Ester Sparatore & Letizia Gullo
Vers la tendresse, d’Alice Diop
Uzu, de Gaspard Kuentz
Territory, dEleanor Mortimer
Les Bureaux de Dieu, de Claire Simon
Voyage autour de ma chambre, d’Olivier Smolders
Les Ramasseurs d’herbes marines, de Maria Murashova
Zuoz, de Daniella Marxer
Pour Ulysse, de Giovanni Cioni
Le Repos des braves, de Guillaume Brac
Jean Painlevé, fantaisie pour biologie marine, de François Lévy-Kuentz
La Visite-Versailles, de Pippo Delbono
La colère est dans le vent, d’Amina Weira
Reprendre l’été, de Magali Bragard & Séverine Enjolras
Le Cri de la tourterelle, de Sani Elhadj Magori
Les Médiatrices, de Sani Elhadj Magori
Coûte que coûte, de Claire Simon
LÉtrange Histoire d’une expérience urbaine, de Julien Donada
Out of the Present, dAndrei Ujica
Elle pis son char, de Loïc Darses
Un amour d’été, de Jean-François Lesage
Vivre riche, de Joël Akafou
Le Hibou et la baleine, de Patricia Plattner
I’m Gone : a Film about Amy, de Geneviève Philippon & Julie Bourbonnais
Besos frios, de Nicolás Rincón Gille
Hopptornet, dAxel Danielson & Maximilien Van Aertryck
D’amore si vive, de Silvano Agosti
La Capture
, de Geoffrey Lachassagne
Miss Rain
, de Charlie Petersmann
Calabria, de Pierre-François Sauter
Le Champ des visions, de Boris Van der Avoort
Place à la révolution
, de Parfait Kaboré
Il est des nôtres, de Jean-Christophe Meurisse.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous