«Le Cri de la tourterelle», envoûtant voyage

Par Tënk & Mediapart

« La Zabaya », cantatrice traditionnelle du Niger, quitte un jour son village pour rejoindre Abidjan. Elle va tenter, par son chant, de ramener au pays « les vieux parents », dont le père du réalisateur Sani Elhadj Magori. Une épopée sur le poids de l’exil, portée par une femme fabuleuse qui, à 75 ans, n’a perdu ni sa voix ni sa langue.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 62 minutes, le documentaire de Sani Elhadj Magori nous fait traverser non seulement l’Afrique de l’Ouest mais aussi le temps. Sa véritable prouesse, cependant, est de mettre en images la magie d’une légende.