«Le Géographe et l’île», une résistance au nucléaire

Par Images en Bibliothèques & Mediapart

Depuis plus de 30 ans, l’île d’Iwaishima, au sud du Japon, se bat contre la construction de deux réacteurs nucléaires. La catastrophe de Fukushima a suspendu le projet, qui n’est pourtant pas définitivement enterré. Sous la caméra de Christine Bouteiller, le géographe Philippe Pelletier explore ce minuscule laboratoire de réflexion environnementale et sociétale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La fête de la danse des dieux a lieu tous les quatre ans. Sur cette île peuplée à moitié d’agriculteurs et de pêcheurs, cette cérémonie ancestrale célèbre le rapport des hommes à leur territoire. C’est ce moment que le géographe libertaire, spécialiste du Japon, Philippe Pelletier choisit aussi d’interroger pour saisir le rapport d’un lieu à ses luttes, à la modernité, au sens du progrès. Et sur cette île où « l’on peut rencontrer tout le Japon », où l’exode fait rage et où s’installent des « néoruraux », comment inventer d’autres modes de présence au monde ?