«Pour Ulysse» et toutes les odyssées

Par Tënk & Mediapart

Certains ont été toxicomanes, d’autres sont sortis de prison ou sont sans abri, d’autres encore ont des problèmes psychiatriques. Seuls, marginaux, ils s’installent un temps dans ce centre de Florence en Italie. Giovanni Cioni leur a « proposé d’inventer un film à faire, avec eux ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Certains disparaissent pour revenir après quelques mois, d’autres ne donnent plus de nouvelles. Ulysse est chacun d’eux. Celui qui a disparu, aux prises avec les sirènes et les monstres, traversant le pays des morts pour revenir, retour improbable, sans fin, rêvé », écrit le réalisateur. Pour entendre les sirènes et voir les rêves, il faut s’installer dans ce film et laisser la parole venir.