«Pyrale», l’étrangeté d’un été

Par Tënk & Mediapart

Un été dans la Drôme, des papillons asiatiques introduits accidentellement en France envahissent les nuits, détruisent les buis. Les habitants ferment les fenêtres, improvisent des stratagèmes pour détourner les nuées de pyrales. Dans cet univers quasi fantastique, deux amies d’enfance, Lou et Sam, se découvrent. Ce film de Roxanne Gaucherand est proposé en partenariat avec Tënk, plateforme du documentaire d’auteur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Premier film de Roxane Gaucherand, Pyrale a été primé l’an passé lors du festival suisse Visions du réel. Mêlant images documentaires et scènes de fiction, tourné surtout de nuit avec un cadrage 4/3 qui permet d’isoler d’infinis détails, jouant de multiples sources lumineuses, la forme de ce film épouse parfaitement son propos : quelque chose d’étrange s’est passé cet été-là dans le sud de la France, quelque chose de fantastique.
Pour l’aspect documentaire, la réalisatrice a traqué en Ardèche et dans la Drôme, chez des voisins ou sur les réseaux sociaux, tous les moments où cette pyrale (et les mobilisations contre elle) apparaissaient. Pour l’aspect fictionnel, elle est partie de personnages existants, comme ses propres grands-parents, qui jouent leur rôle. « Je trouve que c’est une chouette façon de créer des histoires, expliquait-elle en novembre dernier dans le Club de Mediapart. Des histoires qui partent des gens eux-mêmes. » 
Pyrale, France, 2020. 48 min // Auteure & réalisatrice : Roxanne Gaucherand // Image : Edwige Moreau-Bouchu et Raimon Gaffier // Son : Valentin Mazingarbe et Hélène Clerc-Denizot // Montage : Léo Parmentier // Production & diffusion : Quartett Production.