17 octobre 1961 : « On attend que le président dise que c’est un crime d’État »

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a soixante ans, le 17 octobre 1961, en plein Paris et en pleine guerre d’Algérie, la police française massacrait des travailleurs algériens qui manifestaient, dignes et endimanchés, avec leurs familles contre le couvre-feu discriminatoire qui leur était imposé par le préfet de l’époque, Maurice Papon.