Au Maroc, Maryam Touzani filme la détresse des mères célibataires

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Ouled el Haram », « les enfants du pêché ». C’est ainsi que l’on désigne en arabe au Maroc les enfants nés hors mariage, les marginalisant à vie dès la naissance. C’est à eux et à leurs mères célibataires condamnés à vivre dans le rejet, la honte et la culpabilité que la réalisatrice marocaine Maryam Touzani consacre son premier long métrage.