Au Maroc, Maryam Touzani filme la détresse des mères célibataires

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

« Ouled el Haram », « les enfants du pêché ». C’est ainsi que l’on désigne en arabe au Maroc les enfants nés hors mariage, les marginalisant à vie dès la naissance. C’est à eux et à leurs mères célibataires condamnés à vivre dans le rejet, la honte et la culpabilité que la réalisatrice marocaine Maryam Touzani consacre son premier long métrage.  

Avec Adam, qui sort en salles en France ce mercredi 5 février, quelques semaines après sa sortie dans les cinémas marocains, Maryam Touzani, invitée de notre émission Maghreb Express, révèle le calvaire de ces femmes et leurs enfants dans un Maroc patriarcal déchiré entre injonctions aux traditions et à la modernité. Sans jamais sombrer dans le pathos. 

Elle nous rappelle aussi à une dure réalité du royaume chérifien de plus en plus dénoncée : avortement et relations sexuelles hors mariage y sont interdits et lourdement condamnés non seulement par la société mais aussi pénalement par la loi. 

Au Maroc, Maryam Touzani filme la détresse des mères célibataires

Rachida El Azzouzi

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous