Mona Eltahawy: «La phrase la plus révolutionnaire, c’est: “Mon corps m’appartient”»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« J’ai écrit ce livre comme j’aurais tiré un missile. Avec rage. » Ainsi commence l’ouvrage de Mona Eltahawy, publié par les éditions Massot, qui a débarqué jeudi 4 février dans les librairies de France : Fuck le patriarcat ! Les 7 péchés pour prendre le pouvoir. C’est elle tout craché : ce point d’exclamation, ce juron et cette couverture violette, la couleur des féministes, où elle apparaît, cheveux teintés rouge vif (qu’elle n’a plus), grosses lunettes et bagues, mains sur les hanches, regard noir, souligné au khôl.