13 photographes chinois dans une abbaye

Dans l’esthétique chinoise, le fleuve est un paysage naturel très codifié, tant en peinture qu’en littérature. Figure d’une certaine harmonie entre l’homme et le monde, il est souvent motif d’inspiration. Cela n’a pas échappé aux photographes, mais ces derniers s’en emparent autant pour retrouver une tradition picturale que pour dénoncer les conséquences de l’industrialisation sur l’environnement. C’est en tout cas ce que donne à voir l’exposition « Les flots écoulés ne reviennent pas à la source » qui se tient dans la superbe abbaye de Jumièges, en Seine-Maritime.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. The Yellow River. Nageurs traversant le fleuve Jaune avec un portrait de Mao Zedong, Henan, 2012.
    Zhang Kechun, né en 1980, photographie les paysages de la Chine contemporaine. Il se fait connaître grâce à sa série The Yellow River, réalisée entre 2010 et 2015 autour du fleuve Jaune (Yang-Tsé ou Yangzi Jiang en chinois). Lauréat du National Geographic Picks Global Prize (2008) et du Prix découverte des Rencontres d’Arles (2014), il est régulièrement exposé en Chine (CAFAM, Beijing Photo Biennale) et à l’étranger (Photoquai, Rencontres d’Arles). Ses œuvres se retrouvent au Musée national germanique, le musée d’art de Baltimore, l’Académie centrale des Beaux-Arts de Chine, le Williams Museum ou la fondation Schneider. Son site est ici.

Voir tous les portfolios