Argentine: soja transgénique voisine avec maladies

15 photos

Avia Terai, ville de 10 000 habitants, est exposée aux pulvérisations incessantes sur ses champs de soja et de coton de glyphosate, le composant de base de l’herbicide de Monsanto. Un pesticide que l’Organisation mondiale pour la santé a étiqueté cancérogène en 2015. Ici, des enfants naissent avec des malformations, des troubles neurologiques sévères et le taux de cancer est trois fois plus élevé que la moyenne nationale, selon l’étude du docteur argentin Damián Verzeñassi de l’université de Rosario. De son côté, Monsanto nie catégoriquement l’authenticité de ces études et considère que la toxicité de son produit phare Roundup n’a pas encore été prouvée.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Jean-Jérôme Destouches/Hans Lucas Studio

    Silvia Ponce a 7 enfants. Seule Aixa est née avec une maladie rare et, selon sa mère, cela s’explique par le fait qu’elle a été directement exposée aux épandages de pesticides par des avions quand elle était enceinte d’elle. Beaucoup de producteurs utilisent des avions pour répandre le Roundup de Monsanto sur leurs hectares de soja ou de coton. Légalement, les avions n’ont pas le droit de vaporiser des pesticides à moins de 1 500 m des villes. Mais cette loi est constamment contournée par les producteurs agricoles. « Je vivais dans un autre quartier d’Avia Terai encore plus près des champs et un avion est passé au-dessus de moi. J’ai suffoqué et j’ai dû aller voir un médecin. Quelques mois plus tard, Aixa est née. Elle était recouverte de grains de beauté velus. (...) La plupart des médecins que j’ai vus m’ont dit que cette maladie de la peau doit certainement être due aux pesticides utilisés dans les champs de soja et de coton. Mais dans le cas de ma fille, aucune étude ne peut l’affirmer à 100 %. Pourtant, dans le quartier Mugica une autre fille souffre des mêmes symptômes. Deux cas d'une maladie extrêmement rare dans le même quartier ! Comment est-ce possible ? »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 13 photos
par Photos et textes Arthur Larie et Bastien Massa
Portfolio — 15 photos
par Photos Mahé Elipe Textes Caterina Morbiato
Portfolio — 7 photos
par Agence France-Presse et Justine Brabant

À la Une de Mediapart

Journal — International
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — France
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — France
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc