Portfolios

Au Sénégal, au secours des malades errants

13 photos

2020, en pleine crise du Covid-19 au Sénégal, alors que les écoles ferment et qu’un couvre-feu est instauré dans tout le pays, un jeune homme décide d’occuper, avec l’appui du préfet, une ancienne école de Rufisque pour accueillir les personnes souffrant de troubles mentaux et restées à la rue. Dans cet espace unique, résidents et bénévoles cohabitent. Initiative entièrement bénévole, le centre Delossi explore les possibles d’une autre prise en charge des troubles mentaux.

Laurence Grun & Pierre Vanneste

24 mars 2021 à 13h02

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

  1. © Pierre Vanneste

    Centre Delossi, Rufisque (Sénégal), décembre 2020. À Rufisque, sur la presqu’île du Cap-Vert, à 25 km à l’est de Dakar, le centre Delossi occupe, depuis novembre 2020, une ancienne maison dont les propriétaires ont été expulsés en vue de la construction du train express régional (TER). 
    Dans cet habitat précaire, trois chambres et un dortoir ont été aménagés pour accueillir actuellement six personnes souffrant de troubles mentaux, jusqu’ici à la rue. Lamine et Diallo, la quarantaine, ont tous deux leur chambre. Tandis que le père Ousmane, Mbay Moussa, Badou et Jack dorment dans la même pièce. Tous sont arrivés ici après avoir rencontré Hamet Daf dans la rue lors de sa distribution de nourriture. Âgé d’à peine 22 ans, Jack n’a plus aucun contact avec sa famille, qui serait en Europe. « Daf m’a demandé ce que je faisais ici. Je lui ai expliqué la réalité et après, il m’a aidé. Cela m’a vraiment fait chaud au cœur. » Pour lui, ce centre s’inscrit comme un refuge. « C’est une vraie aide pour que je ne vive pas à la rue, même si je n’ai pas d’argent. En même temps, j’ai des petits trucs à régler. Ici, je peux me reposer, avoir de la nourriture et mettre en place mes activités. »

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 19 photos
par Laurent Carre et Jeanne Frank
Portfolio — 19 photos
par Isabelle Eshraghi
Portfolio — 20 photos
par Photos : Sadak Souici / Agence Le Pictorium | Textes : Théophile Simon
Portfolio — 14 photos
par Édouard Bride (Photos) et Nicolas Montard (Textes)

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Chez Lidl, la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause. Premier volet d’une enquête en deux parties. 
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — France
« Les intérimaires construisent le Grand Paris et on leur marche dessus »
Des intérimaires qui bâtissent les tunnels du Grand Paris pour le compte de l’entreprise de béton Bonna Sabla mènent une grève inédite. Ils réclament une égalité de traitement avec les salariés embauchés alors qu’un énième plan de sauvegarde de l'emploi a été annoncé pour la fin de l’année. 
par Khedidja Zerouali
Journal — France
À Rennes, la justice malmenée par la « crise du service public »
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal — France
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge