Au Sénégal, au secours des malades errants

13 photos

2020, en pleine crise du Covid-19 au Sénégal, alors que les écoles ferment et qu’un couvre-feu est instauré dans tout le pays, un jeune homme décide d’occuper, avec l’appui du préfet, une ancienne école de Rufisque pour accueillir les personnes souffrant de troubles mentaux et restées à la rue. Dans cet espace unique, résidents et bénévoles cohabitent. Initiative entièrement bénévole, le centre Delossi explore les possibles d’une autre prise en charge des troubles mentaux.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. Pierre Vanneste

    Centre Delossi, Rufisque (Sénégal), décembre 2020. À Rufisque, sur la presqu’île du Cap-Vert, à 25 km à l’est de Dakar, le centre Delossi occupe, depuis novembre 2020, une ancienne maison dont les propriétaires ont été expulsés en vue de la construction du train express régional (TER). 
    Dans cet habitat précaire, trois chambres et un dortoir ont été aménagés pour accueillir actuellement six personnes souffrant de troubles mentaux, jusqu’ici à la rue. Lamine et Diallo, la quarantaine, ont tous deux leur chambre. Tandis que le père Ousmane, Mbay Moussa, Badou et Jack dorment dans la même pièce. Tous sont arrivés ici après avoir rencontré Hamet Daf dans la rue lors de sa distribution de nourriture. Âgé d’à peine 22 ans, Jack n’a plus aucun contact avec sa famille, qui serait en Europe. « Daf m’a demandé ce que je faisais ici. Je lui ai expliqué la réalité et après, il m’a aidé. Cela m’a vraiment fait chaud au cœur. » Pour lui, ce centre s’inscrit comme un refuge. « C’est une vraie aide pour que je ne vive pas à la rue, même si je n’ai pas d’argent. En même temps, j’ai des petits trucs à régler. Ici, je peux me reposer, avoir de la nourriture et mettre en place mes activités. »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 10 photos
par Photos Steven Wassenaar Textes Alexia Eychenne
Portfolio — 13 photos
par Photos Yulia Nevskaya Textes Estelle Levresse
Portfolio — 9 photos
par Antton Rouget, Sarah Brethes et Valentine Oberti
Portfolio — 20 photos
par Sadak Souici (photos) et Théophile Simon (texte)

À la Une de Mediapart

Journal — France
Squats, impayés de loyer : l’exécutif lance la chasse aux pauvres
Une proposition de loi émanant de la majorité propose d’alourdir les peines en cas d’occupation illicite de logement. Examinée à l’Assemblée nationale ce lundi, elle conduirait à multiplier aussi les expulsions pour loyers impayés. Une bombe sociale qui gêne jusqu’au ministre du logement lui-même. 
par Lucie Delaporte
Journal — International
Bombardements russes : « Il n’y a aucune cible ici, ce sont des maisons, des jardins ! »
À Dnipro, dans le sud de l’Ukraine, devant sa maison en ruines après une attaque de missile, l’infirmière Oxanna Veriemko ne peut que constater le désastre. Depuis le début de l’automne, la stratégie russe consistant à endommager les infrastructures fait de nombreuses victimes civiles. « Impardonnable », préviennent les Ukrainiens.
par Mathilde Goanec
Journal — International
Arrivés en Angleterre par la mer, expulsés par charter : deux Albanais témoignent
En 2022, environ 12 000 Albanais auraient rejoint le Royaume-Uni, principalement par la Manche ou la mer du Nord, d’après Londres. Désormais, certains sont soumis à des expulsions en charter, quelques jours après leur arrivée. Plusieurs ONG et avocats s’inquiètent.
par Elisa Perrigueur, Jessica Bateman et Vladimir Karaj
Journal — France
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni