A Barbès, «le foot n’endort pas le peuple»

21 photos

« Africa United » (« Afrique unie ») a résonné dans les quartiers populaires de Barbès et de la Goutte-d’Or à Paris, avant, pendant et après la victoire de l'Algérie face au Sénégal en finale de la coupe d'Afrique des nations, vendredi 19 juillet. À l'exception de quelques ombres au tableau, vainqueurs et vaincus ont fait la fête ensemble, inondant de joie les rues. Les Algériens avaient aussi en tête la révolution en cours dans leur pays.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Rachida El Azzouzi

    « Ici, c’est Keur Yacine, le Sénégal, là-bas, en face, c’est le café L’Espoir tenu par un Marocain qui accueille l’Algérie ! » 20 heures, vendredi 19 juillet. La Goutte-d’Or, quartier populaire dans le XVIIIe arrondissement de Paris, se divise dans la joie et la fureur des Klaxon et moteurs qui vrombissent entre pro-Sénégal et pro-Algérie. Rue Jean-Robert, casque sur la tête et drapeau algérien à la main, Mounir s’invite chez Keur Yacine, un restaurant typique de moins de huit mètres carrés tenu depuis vingt ans par une dame originaire de Mbour, une petite ville de pêcheurs sur la côte sénégalaise. 

    « Keur » signifie « maison » en wolof et Mounir, 21 ans, enfant du quartier et de cette rue qu’il a rebaptisée « du Sénégal », a fait sienne celle de Yacine il y a des années. Il appelle « Tata » la patronne, et il la nargue ce soir en lui jurant que l'Algérie va gagner parce que « c’est la meilleure équipe depuis le début de la coupe ». Celle-ci, en plus d’être superstitieuse, ne l’entend pas de cette oreille et se met à lui courir après dans un grand éclat de rire avec son rouleau de film alimentaire pour le frapper. Fatou, 43 ans, arrivée du Sénégal il y a huit ans, tranche : « C’est l’Afrique qui va gagner, un point, c’est tout ! » Elle est en direct par WhatsApp « avec le bled », où « il y a une ambiance de folie ». 

    À Oran aussi, d’où vient Mounir. « En plus, nous, c’est jour de manifestation contre le régime. » Il dit qu’il ne soutient que le foot et qu’il est mal placé pour parler de la révolution en cours : « J’étais pour qu’on vire le roi Bouteflika mais moi, je ne vis pas là-bas. Je ne vis pas la misère qu’ils vivent. Ici, je ne suis pas comme eux, en manque de tout. »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 15 photos
par Patrick Artinian
Portfolio — 20 photos
par Gabriel Gauffre et Sadak Souici / Agence Le Pictorium
Portfolio — 13 photos
par Rachida El Azzouzi

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal — Économie
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — France
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot