Bordeaux-Lyon, en train et en coopérative

Par

Des investissements lourds, des règles de sécurité drastiques, un savoir-faire millimétré, l’ouverture du rail français à la concurrence ne semblait réservée qu’à quelques gros opérateurs européens. C’était compter sans l’inventivité des fondateurs de Railcoop, une coopérative fondée en novembre 2019 qui entend réactiver certaines lignes interrégionales abandonnées par la SNCF. Première étape : Bordeaux-Lyon, dès 2022.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Réunion en visioconférence chez Railcoop à Cambes (Lot), dans la communauté de communes du Grand-Figeac, le 9 mars 2021.  Railcoop compte quelque 7 500 sociétaires, à la mi-avril 2021. À l’origine de cette société coopérative d’intérêt collectif (Scic), certains venaient du monde coopératif, d’autres du monde ferroviaire, d’autres encore des mobilisations pour le climat ou du développement territorial. Motivations différentes, intérêts convergents, tous avaient fait le constat que pour avancer sur la transition écologique il manquait un mode de transport vertueux et qu’il fallait renforcer l’usage du ferroviaire.

Voir tous les portfolios