Boris, numéro d'écrou: 412100

15 photos

Actif dans le milieu du graffiti, Boris est un artiste bulgare de 26 ans installé en France, et s'est fait connaître par son humour, ses photographies et ses films d'aventures qui révèlent une jeunesse marginale vivant notre monde à contre-courant. Fêtes clandestines et souterraines, peintures illégales, voyages précaires et sans frontière : pour avoir diffusé sur le site internet The Grifters ses photographies, ses vidéos, ses livres et ses habits autoproduits, Boris est aujourd'hui mis en examen pour association de malfaiteurs et dégradations volontaires. Arrêté en juin 2014, l'artiste vient de passer quatre mois en détention provisoire. Il a fêté sa sortie de prison avec une exposition de photographie en décembre à Paris. Mediapart est allé à sa rencontre au Saint-Sauveur, célèbre bar antifasciste du XXe arrondissement.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © GOOD GUY BORIS

    Prison. « Si tu es le mec le plus chic dans une pièce, c’est que tu es au mauvais endroit » : cette formule de Boris revenait souvent dans son travail. Dans sa cellule de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, l’artiste n’était pas le mieux sapé mais il n’était pas pour autant à sa place. Il commente : « La prison pour du graffiti, c’est stupide. Personne ne comprenait ce que je faisais là-bas. La place d’un artiste n’est pas en prison, je ne méritais pas ce traitement mais j’ai assumé et j’ai fait quatre mois de prison ferme, en détention provisoire. Le graffiti est un art, un art illégal puisque tu peins sur des propriétés privées ou publiques, mais un art qui a une longue histoire et qui est reconnu par les institutions. Les graffeurs sont des artistes, il y en a de plus ou moins agressifs, mais ce sont des gens créatifs. La prison n’est pas une solution pour lutter contre des artistes qui n’entrent pas dans le rang.  Photographier des gens qui font du graffiti, encore moins. Un journaliste n’est pas responsable des actes des personnes qu’il suit; il n’est pas coupable de ce qu’il voit.

    J'espère que les gens qui prennent la décision de t’envoyer en prison pour si peu ont conscience de ce qu’il s’y passe : en prison, tu te retrouves souvent avec des gens qui sont chauds, des escrocs, des violeurs, des vrais criminels. La condamnation la plus logique serait de nous faire nettoyer des graffitis, ce serait une manière créative d’utiliser notre énergie et ce serait proportionnel au dommage. La prison casse tout simplement le potentiel de gens aventureux et curieux. Dans le graffiti, tu as soif de liberté et de peinture. La prison, c’est l’école du crime, il n’y a aucun programme culturel, rien n’est fait pour que tu puisses t’exprimer ou te développer. Tu ressors juste de là avec les bons contacts pour devenir un vrai escroc ou un braqueur. »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 15 photos
par Patrick Artinian
Portfolio — 20 photos
par Gabriel Gauffre et Sadak Souici / Agence Le Pictorium
Portfolio — 13 photos
par Rachida El Azzouzi

À la Une de Mediapart

Journal — France
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — France
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal — International
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal — International
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant