Portfolios

Boris, numéro d'écrou: 412100

15 photos

Actif dans le milieu du graffiti, Boris est un artiste bulgare de 26 ans installé en France, et s'est fait connaître par son humour, ses photographies et ses films d'aventures qui révèlent une jeunesse marginale vivant notre monde à contre-courant. Fêtes clandestines et souterraines, peintures illégales, voyages précaires et sans frontière : pour avoir diffusé sur le site internet The Grifters ses photographies, ses vidéos, ses livres et ses habits autoproduits, Boris est aujourd'hui mis en examen pour association de malfaiteurs et dégradations volontaires. Arrêté en juin 2014, l'artiste vient de passer quatre mois en détention provisoire. Il a fêté sa sortie de prison avec une exposition de photographie en décembre à Paris. Mediapart est allé à sa rencontre au Saint-Sauveur, célèbre bar antifasciste du XXe arrondissement.

Entretien par Hugo Vitrani

4 février 2015 à 17h14

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

  1. © GOOD GUY BORIS

    Prison. « Si tu es le mec le plus chic dans une pièce, c’est que tu es au mauvais endroit » : cette formule de Boris revenait souvent dans son travail. Dans sa cellule de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, l’artiste n’était pas le mieux sapé mais il n’était pas pour autant à sa place. Il commente : « La prison pour du graffiti, c’est stupide. Personne ne comprenait ce que je faisais là-bas. La place d’un artiste n’est pas en prison, je ne méritais pas ce traitement mais j’ai assumé et j’ai fait quatre mois de prison ferme, en détention provisoire. Le graffiti est un art, un art illégal puisque tu peins sur des propriétés privées ou publiques, mais un art qui a une longue histoire et qui est reconnu par les institutions. Les graffeurs sont des artistes, il y en a de plus ou moins agressifs, mais ce sont des gens créatifs. La prison n’est pas une solution pour lutter contre des artistes qui n’entrent pas dans le rang.  Photographier des gens qui font du graffiti, encore moins. Un journaliste n’est pas responsable des actes des personnes qu’il suit; il n’est pas coupable de ce qu’il voit.

    J'espère que les gens qui prennent la décision de t’envoyer en prison pour si peu ont conscience de ce qu’il s’y passe : en prison, tu te retrouves souvent avec des gens qui sont chauds, des escrocs, des violeurs, des vrais criminels. La condamnation la plus logique serait de nous faire nettoyer des graffitis, ce serait une manière créative d’utiliser notre énergie et ce serait proportionnel au dommage. La prison casse tout simplement le potentiel de gens aventureux et curieux. Dans le graffiti, tu as soif de liberté et de peinture. La prison, c’est l’école du crime, il n’y a aucun programme culturel, rien n’est fait pour que tu puisses t’exprimer ou te développer. Tu ressors juste de là avec les bons contacts pour devenir un vrai escroc ou un braqueur. »

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 15 photos
par Thibault Vandermersch (photos) et Caroline Coq-Chodorge (texte)
Portfolio — 19 photos
par Laurent Carre et Jeanne Frank
Portfolio — 19 photos
par Isabelle Eshraghi
Portfolio — 20 photos
par Photos : Sadak Souici / Agence Le Pictorium | Textes : Théophile Simon

À la Une de Mediapart

Journal — France
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas. Une enquête à lire et à regarder.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — France
Dans l’Essonne, un « harcèlement discriminatoire » par amendes interposées
Au printemps 2020, trente-deux habitants d’Epinay-sous-Sénart ont reçu des dizaines de contraventions pour des sorties injustifiées pendant le confinement. Affirmant avoir été verbalisés à distance par la police municipale, une pratique illégale, ils ont saisi le Défenseur des droits.
par Camille Polloni et David Perrotin
Journal — France
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La socialiste et le partisan de la Remontada ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche pour la présidentielle, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — France
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani