Chez les anti-Linky à Salon-de-Provence

13 photos

Des collectifs Stop-Linky, plus de 150 selon le site Poal (Plateforme opérationnelle anti-Linky), se sont montés dans toute la France, témoignant de l’inquiétude, pas toujours fondée, d’une partie de la population face au déploiement de ce compteur qui présente peu d'intérêt pour le consommateur. Plusieurs sites, stop linky, Poal, refus.linky.gazpar, ainsi que des associations de lutte contre les ondes électromagnétiques comme Robin des Toits, Priartem, Next-up, Criirem, relaient ce combat. Nous sommes allés rencontrer les anti-Linky dans la région de Salon-de-Provence, Bouches-du-Rhône, département comptant à lui seul huit collectifs.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Patrick Artinian

    Ancienne salariée de l’AFPA, l’organisme de formation professionnelle, syndicaliste SUD, Anne Provence, 64 ans, aujourd’hui énergique retraitée, est l’initiatrice du comité Stop-Linky de Salon-de-Provence. « J’ai été adhérente de Greenpeace et du mouvement Colibris, de Pierre Rabhi, ce qui m’anime, c’est l’intérêt général et le bien commun. J’avais un papa résistant dans le maquis du Vercors dont j’étais très fière », dit-elle avec quelques trémolos dans la voix. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 15 photos
par Patrick Artinian
Portfolio — 20 photos
par Gabriel Gauffre et Sadak Souici / Agence Le Pictorium
Portfolio — 13 photos
par Rachida El Azzouzi

À la Une de Mediapart

Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce finalement à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal — France
Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal — France
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Économie
Orpea s’effondre en Bourse après les révélations de Mediapart, l’ex-directeur financier limogé
À la suite d’une enquête publiée ce matin par Mediapart et Investigate Europe, Orpea a annoncé avoir limogé son ex-directeur financier Sébastien Mesnard, visé dans notre article. L’action a chuté de 19 % en une journée.
par Yann Philippin