Circulation à l’arrêt sur l’A1

13 photos

Avec 80 000 véhicules quotidiens en moyenne et jusqu’à 180 000 aux entrées des agglomérations lilloise et parisienne, l’autoroute A1 est la plus fréquentée du pays et l’un des principaux axes européens pour les poids lourds. À l’heure du confinement, les 211 kilomètres qui séparent Lille de Paris affichent un visage bien différent. Nous sommes allés à la rencontre de ceux qui y passent et y travaillent.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Edouard Bride / Hans Lucas

    Aire de Phalempin-Ouest (Nord), mercredi 8 avril 2020. Florent Baussian, chauffeur routier, est parti de Périgueux le lundi pour les Landes avant de remonter en Belgique et de redescendre vers Angoulême. S’il semble apprécier son métier, la situation actuelle lui pèse : « Quand je charge ou décharge chez les clients, j’ai parfois l’impression d’être un pestiféré : on ne nous laisse plus entrer, il faut patienter sous la pluie… Ce qui me plaît aussi dans ce travail, c’est de se retrouver le soir avec les collègues au restaurant après une journée seul dans le camion. Depuis le 15 mars, comme tout est fermé, je mange dans ma cabine les plats préparés par ma femme… » Les aires d’autoroutes sont les derniers endroits où prendre une douche, aller aux toilettes ou s’offrir un café. En dehors des réseaux autoroutiers, il faut compter sur des élans de solidarité. Dans un village près de Pau, un curé lui a proposé une douche ; dans le Lot, une habitante lui a offert un café.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 15 photos
par Patrick Artinian
Portfolio — 20 photos
par Gabriel Gauffre et Sadak Souici / Agence Le Pictorium
Portfolio — 13 photos
par Rachida El Azzouzi

À la Une de Mediapart

Journal — France
Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal — France
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Économie
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — France
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi