Circulation à l’arrêt sur l’A1

13 photos

Avec 80 000 véhicules quotidiens en moyenne et jusqu’à 180 000 aux entrées des agglomérations lilloise et parisienne, l’autoroute A1 est la plus fréquentée du pays et l’un des principaux axes européens pour les poids lourds. À l’heure du confinement, les 211 kilomètres qui séparent Lille de Paris affichent un visage bien différent. Nous sommes allés à la rencontre de ceux qui y passent et y travaillent.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Edouard Bride / Hans Lucas

    Aire de Phalempin-Ouest (Nord), mercredi 8 avril 2020. Florent Baussian, chauffeur routier, est parti de Périgueux le lundi pour les Landes avant de remonter en Belgique et de redescendre vers Angoulême. S’il semble apprécier son métier, la situation actuelle lui pèse : « Quand je charge ou décharge chez les clients, j’ai parfois l’impression d’être un pestiféré : on ne nous laisse plus entrer, il faut patienter sous la pluie… Ce qui me plaît aussi dans ce travail, c’est de se retrouver le soir avec les collègues au restaurant après une journée seul dans le camion. Depuis le 15 mars, comme tout est fermé, je mange dans ma cabine les plats préparés par ma femme… » Les aires d’autoroutes sont les derniers endroits où prendre une douche, aller aux toilettes ou s’offrir un café. En dehors des réseaux autoroutiers, il faut compter sur des élans de solidarité. Dans un village près de Pau, un curé lui a proposé une douche ; dans le Lot, une habitante lui a offert un café.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 13 photos
par Photos et textes Arthur Larie et Bastien Massa
Portfolio — 15 photos
par Photos Mahé Elipe Textes Caterina Morbiato
Portfolio — 7 photos
par Agence France-Presse et Justine Brabant

À la Une de Mediapart

Journal — International
« L’Asphyxie », chronique de la descente aux enfers de Raqqa, devenue capitale de Daech
Le tribunal administratif de Nantes doit examiner mercredi 5 octobre un recours déposé par les avocats de notre collaborateur, le journaliste syrien Hussam Hammoud, contre le refus de visa humanitaire qui lui permettrait de partir de Turquie, où il vit sous la menace de l’État islamique. Mediapart publie les bonnes feuilles de son livre, coécrit avec Céline Martelet et publié mercredi.
par La rédaction de Mediapart
Journal — International
« La Syrie a été un terrain d’expérimentation politique et militaire pour Poutine »
L’attention médiatique s’est détournée de la guerre en Syrie, où depuis 2015, le soutien russe à Bachar al-Assad a permis au dictateur syrien de se maintenir au pouvoir. Un ouvrage collectif veut lutter contre l’oubli et le négationnisme alors qu’un autre conflit ravage l’Europe. 
par François Bougon
Journal — Économie
Budget 2023 : les communes tentent de résoudre une équation financière insoluble
Étouffées financièrement par l’inflation et peu aidées par l’État, les maires se demandent s’ils pourront boucler leur prochain budget sans avoir à fermer des services publics.
par Mathias Thépot
Journal — France
« CNR santé » : la désertification médicale fait dérailler le grand raout institutionnel
Difficile de bien qualifier le Conseil national de la refondation, dans sa version santé, lancé dans la Sarthe. Devant 500 personnes, le ministre de la santé a appelé les « territoires » à trouver leurs « propres solutions ». Des habitants sans médecin traitant ont tenté de rappeler à l’État ses obligations.
par Caroline Coq-Chodorge