Dessiner l'Algérie

« Sommes-nous des témoins ou des bouffons ? » C'est la question que se pose Mehdi Djelil, l'un des artistes du webdocumentaire Fabriq Algeria (réalisé par Camille Leprince) dont sont extraits les dessins ci-dessous. Entre dérision, griserie, désenchantement et impertinence, la nouvelle génération d’artistes présentée dans ce webdocumentaire fait émerger un puzzle de l’Algérie d’aujourd’hui. Une exposition est aussi organisée à Paris, à l’IReMMO jusqu’au 11 octobre.

Mots-clés

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Série L’Espèce : L’Anarchie des idées, 2010. Adel Bentounsi est né en 1982 et vit à Annaba, une ville côtière de l’est de l’Algérie, où il a fait les Beaux-Arts. Ses personnages habillés d’une marinière rappellent la proximité de la mer, mais aussi l’omniprésence de l’exil des harraga. Appelés « Brûleurs », parce qu’ils brûlent leurs papiers pour ne pas laisser trace de leur identité une fois la Méditerranée traversée, ils sont des milliers à partir clandestinement chaque année. Si l'Algérie n'a pas vécu en 2011 son « printemps arabe », il y eut ici un nombre considérable de manifestations et d’immolations. À travers les journaux brandis par la foule et le titre L’Anarchie des idées, Adel Bentounsi pose la question du traitement médiatique de l’actualité et celle du sens des mobilisations.

Voir tous les portfolios