En Birmanie, la guerre contre l’opium (1/2)

Par

La Birmanie est le deuxième producteur d’opium du monde. Dans l’État Kachin, au nord du pays, les Pat Jasan tentent de juguler la production et la consommation massives d’opium et d’héroïne. Cette milice est soutenue par les églises locales et la Kachin Independence Organization. Les Pat Jasan détruisent les champs d’opium et arrêtent les consommateurs, qu’ils envoient dans leurs propres camps de désintoxication où l’enseignement de la Bible fait figure de traitement. Plus de 1 600 hectares de champs de pavot auraient été détruits et des milliers d’individus seraient déjà passés par ces camps.
Renaud Coulomb documente cette guerre contre l’opium depuis plus de trois ans.

Mots-clés

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1.  © Sophie Maurin © Sophie Maurin
    Laiza, janvier 2018. Un panneau du comité local Pat Jasan rappelle l’interdiction d’utiliser des drogues à Laiza, la principale ville contrôlée par la Kachin Independence Organization (KIO). Le mouvement Pat Jasan, dont le nom signifie « Empêcher et détruire » en kachin, a été lancé en 2010 sous l’égide de la KIO dans les territoires qu’elle contrôle. En 2014, grâce à l'appui des églises locales, le mouvement s’est étendu au reste de l’État Kachin. Son action reflète les profonds désaccords politiques entre la KIO et le gouvernement birman, accusé d’inaction.

Voir tous les portfolios