Face-à-face, pro et anti-avortement

Par

Ce samedi 24 novembre 2012, sur la place Gambetta près de l’hôpital Tenon, à Paris, environ 300 personnes ont manifesté pour la défense du droit à l’avortement en réponse à un rassemblement d’une cinquantaine d’intégristes, fermement opposés à l’interruption volontaire de grossesse, et venus célébrer le 26e anniversaire de leur première action commando dans un bloc opératoire de l’hôpital Tenon.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne
  1. Sur la place Gambetta, dans le XXe arrondissement de Paris. Fermé en juillet 2009 le centre d’IVG de l'hôpital Tenon a rouvert ses portes en avril 2011 grâce à l’action du personnel médical, des élus et des manifestants.

  2. Les manifestants ont fait le tour de la place Gambetta afin d'interpeller l'opinion publique sur le droit à l'avortement et son non-respect par certains groupes religieux.

  3. Josée Pépin, membre du collectif unitaire pour le maintien du centre d'IVG de Tenon. Depuis sa réouverture de nombreux opposants à l’IVG font pression, à l'entrée de l'hôpital, sur le personnel médical et sur les femmes se rendant dans ce service.

  4. Des manifestants lancent des préservatifs en l'air.

  5. Parmi les quelque 300 manifestants pro-avortement.

  6. « Contre l'ordre moral qui veut régir nos vies », slogan vu dans la manifestation pro-IVG.

  7. En face, une dizaine de manifestants anti-avortement : une banderole « On a aboli la peine de mort et jamais on n'a autant tué » et des prières à genoux.

  8. Une cinquantaine de policiers, bouclier à la main, ont maintenu une distance de 50 mètres entre les deux groupes de manifestants.

  9. Face aux forces de l'ordre, un manifestant du droit à l'avortement.

  10. Aucun heurt n’a eu lieu durant les six heures de manifestation. Le droit à l’avortement a été définitivement voté en France en 1979 avec la loi Veil-Pelletier.



Voir tous les portfolios

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous