Jérusalem, sur les lieux de la colère

Par

Muni du rapport confidentiel rédigé par les diplomates de l’Union européenne à Jérusalem (et que Mediapart a révélé en mars dernier), le photographe Mehdi Chebil a documenté les situations qui font dire aux diplomates que la tension dans la ville n’a jamais été aussi forte depuis 1967. Expulsions, discriminations, réglementations restrictives… « Si l'on ne s’attaque pas aux causes profondes de cette violence, le résultat probable sera une poursuite de l’escalade », prévenait le rapport au vu des constatations faites en 2014. Lire également le reportage de Joseph Confavreux : « En Palestine, la "génération du mur" est dans l’impasse »

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Le quartier palestinien de Silwan, juste au pied des murailles de la Vieille Ville de Jérusalem sur la gauche de cette photo, est l'un des plus convoités par les colons israéliens qui y voient le site de la « cité de David » biblique. Les Palestiniens ne sont pas autorisés à étendre leurs quartiers sur les pelouses au pied de la Ville sainte, que les autorités israéliennes veulent transformer en parc national.

    Dans leur point 14, les diplomates européens expliquent : « Les parcs entourant la Vieille Ville de Jérusalem ont également créé une ceinture verte qui empêche les Palestiniens de s'étendre et de construire sur leurs propres terres privées. »

Voir tous les portfolios