Julien: «Etre salarié, ce n'est plus rassurant»

Par

Comment concilier nécessité de travailler et envie d'avoir un emploi porteur de valeurs essentielles pour soi ? Le photographe Patrick Artinian a suivi quelques personnes prises dans cette problématique. Aujourd'hui, Julien Rousselot, 35 ans, a aménagé son travail entre débrouille et conviction. L’été, de juin à septembre, il anime une guinguette bar à vins sur une île formée par deux bras de la Loire, à Souzay-Champigny. Le reste de l’année, il travaille la vigne et anime des soirées autour du vin chez les vignerons de la région. Pour l'instant, il parvient à dégager bon an mal an un Smic mensuel. Il vit dans une caravane et apprécie d'être « autonome ».

Mots-clés

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. À Souzay-Champigny, à une encablure de Saumur, tous les étés depuis trois ans, Julien Rousselot, 35 ans, anime un bar à vins en plein air, une guinguette foutraque au milieu de nulle part, entre deux bras de la Loire. Un ami, propriétaire de chambres d’hôtes, lui loue le terrain. À travers cette entreprise, c’est aussi le choix d’un mode de vie qui n’est pas entièrement voué à la rentabilité et qui lui convient. Pour l’instant.

Voir tous les portfolios