Justice pour George Floyd, pour Adama Traoré, pour tous

16 photos

Des milliers de personnes, dont une majorité de jeunes, ont bravé l’interdiction de manifester afin de rendre hommage, mardi à Paris, à tous les George Floyd et les Adama Traoré victimes de la police. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. Rachida El Azzouzi

    2 juin 2020, Paris. Il est bientôt 19 heures et, devant le parvis du tribunal de Paris, Assa Traoré s’apprête à prendre la parole devant des dizaines de milliers de personnes (20 000 selon la préfecture, 80 000 selon les organisateurs), dont une majorité écrasante de jeunes. Une foule compacte, débordant massivement les rues alentours et les rails du tramway, est venue crier sa tristesse et sa colère après avoir vu la vidéo qui a fait le tour du monde, celle où George Floyd, un homme noir américain âgé de 46 ans, meurt lentement après son arrestation par trois policiers. 

    L’un d’entre eux, l’officier Derek Chauvin, exerce une pression prolongée du genou sur son cou. George Floyd suffoque et le dit, le répète, puis au bout de quelques minutes, plus rien. Il est inanimé. Les pompiers arrivent sur le lieu d’interpellation, George Floyd fait un arrêt cardiaque dans l’ambulance et sera déclaré mort à 21 h 25 le 25 mai, à Minneapolis (Minnesota). Les images sont choquantes mais ici, tout le monde les a vues. 

    Au micro, Assa Traoré rappelle que ce qui se passe aux États-Unis a lieu aussi en France. Son frère est mort le 19 juillet 2016. Alors qu’elle raconte, pour la énième fois depuis quatre ans, cette journée tragique, la foule scande : « La police tue. » Assa Traoré précise que, comme George Floyd, si son frère est mort, c’est parce que trois officiers, cette fois-ci de gendarmerie, l’ont maintenu plaqué au sol. « Mon frère a porté plus de 250 kilos sur lui », précise-t-elle. 

    Les milliers de jeunes répondent à ce récit, précis et puissant, par un slogan simple : « Justice pour Adama ». Comme pour George Floyd, c’est le plaquage ventral qui a entraîné l’asphyxie du jeune homme de 24 ans, en tout cas c’est ce que dit, ce jour même, une nouvelle contre-expertise, indépendante, réalisée à la demande des parties civiles et longuement applaudie par les manifestants.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 16 photos
par Photos et textes Isabelle Eshraghi
Portfolio — 10 photos
par Photos Steven Wassenaar Textes Alexia Eychenne
Portfolio — 13 photos
par Photos Yulia Nevskaya Textes Estelle Levresse
Portfolio — 9 photos
par Antton Rouget, Sarah Brethes et Valentine Oberti

À la Une de Mediapart

Journal — France
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019. L’élue dénonce un  « règlement de comptes » d’anciens du RN.
par Marine Turchi
Journal — France
L’animateur de CNews Jean-Marc Morandini condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineurs
Jugé pour corruption de mineurs sur deux jeunes de 15 ans et un autre de 16 ans, l’animateur de CNews a été condamné lundi à un an de prison avec sursis.  
par David Perrotin
Journal — France
L’indécente rémunération versée à la ministre des sports par la Fédération française de tennis
Dans sa déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, Amélie Oudéa-Castéra révèle qu’elle percevait plus de 35 000 euros nets par mois du temps où elle était directrice générale de la FFT. Un salaire digne du CAC 40 qui est révélateur du basculement de cette fédération dans le tennis business.
par Laurent Mauduit
Journal — France
Barbouzes du PSG : la police sur la piste d’une tentative de chantage à 100 millions d’euros
Le lobbyiste Tayeb Benabderrahmane, détenu à Doha en 2020 après avoir obtenu des documents confidentiels appartenant au patron du Paris Saint-Germain, aurait souhaité par la suite réclamer 100 millions d’euros à l’émirat du Qatar, propriétaire du club, selon un document confidentiel. Il dément formellement.
par Yann Philippin