Portfolios

Justice pour George Floyd, pour Adama Traoré, pour tous

16 photos

Des milliers de personnes, dont une majorité de jeunes, ont bravé l’interdiction de manifester afin de rendre hommage, mardi à Paris, à tous les George Floyd et les Adama Traoré victimes de la police. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

  1. © Rachida El Azzouzi

    2 juin 2020, Paris. Il est bientôt 19 heures et, devant le parvis du tribunal de Paris, Assa Traoré s’apprête à prendre la parole devant des dizaines de milliers de personnes (20 000 selon la préfecture, 80 000 selon les organisateurs), dont une majorité écrasante de jeunes. Une foule compacte, débordant massivement les rues alentours et les rails du tramway, est venue crier sa tristesse et sa colère après avoir vu la vidéo qui a fait le tour du monde, celle où George Floyd, un homme noir américain âgé de 46 ans, meurt lentement après son arrestation par trois policiers. 

    L’un d’entre eux, l’officier Derek Chauvin, exerce une pression prolongée du genou sur son cou. George Floyd suffoque et le dit, le répète, puis au bout de quelques minutes, plus rien. Il est inanimé. Les pompiers arrivent sur le lieu d’interpellation, George Floyd fait un arrêt cardiaque dans l’ambulance et sera déclaré mort à 21 h 25 le 25 mai, à Minneapolis (Minnesota). Les images sont choquantes mais ici, tout le monde les a vues. 

    Au micro, Assa Traoré rappelle que ce qui se passe aux États-Unis a lieu aussi en France. Son frère est mort le 19 juillet 2016. Alors qu’elle raconte, pour la énième fois depuis quatre ans, cette journée tragique, la foule scande : « La police tue. » Assa Traoré précise que, comme George Floyd, si son frère est mort, c’est parce que trois officiers, cette fois-ci de gendarmerie, l’ont maintenu plaqué au sol. « Mon frère a porté plus de 250 kilos sur lui », précise-t-elle. 

    Les milliers de jeunes répondent à ce récit, précis et puissant, par un slogan simple : « Justice pour Adama ». Comme pour George Floyd, c’est le plaquage ventral qui a entraîné l’asphyxie du jeune homme de 24 ans, en tout cas c’est ce que dit, ce jour même, une nouvelle contre-expertise, indépendante, réalisée à la demande des parties civiles et longuement applaudie par les manifestants.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 7 photos
par Berenice Gabriel, Joseph Confavreux et les enfants du centre Paris Anim’ Mercœur
Portfolio — 13 photos
par Patrick Artinian
Portfolio — 15 photos
par Guillaume Binet / MYOP avec Sara Cincurova
Portfolio — 17 photos
par Antoine Béguier

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — France
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — France
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal — France
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte