Kihnu, l'île où les mères veillent

Par

Kihnu est une petite île estonienne d’à peine 17 km2 et peuplée de quelque 500 habitants. Ici, le départ des hommes à la pêche durant de longs mois a longtemps laissé les femmes régir seules la vie de la communauté. L’insularité et le sens communautaire ont perpétué des coutumes vieilles de plusieurs siècles. En 2008, « l’espace culturel de Kihnu » a été inscrit par l'Unesco sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'humanité. Jérémie Jung, auteur de ce reportage, est exposé à La Seyne-sur-Mer et à Paris, à l'occasion des dix ans de l'agence Signatures.

Mots-clés

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. 24 novembre 2013. Sur l’île, l’année est rythmée par les jours de fête. Ce jour-là, une jeune fille se prépare pour la Kadripäev (la Sainte-Catherine) qui marque le début de l’hiver. Parmi le répertoire musical des insulaires, il est une tradition orale d’origine préchrétienne particulièrement remarquable : le Kalevala ou chant runique. Ci-dessous, un chant, composé par la poète estonienne Leelo Tungal, intitulé Pillimehe leib (« Le pain du musicien »).

Voir tous les portfolios